Raconter des histoires* [I] : la scène — (English text, click here)" />

24/09/2006

Raconter des histoires* [II] : la légende — (English text, click here)

lire la première partie

À 15 mètres démarre la dalle en béton.

220 mètres de long, par-dessus la rivière; un terrain bon marché. Ça c’est un rêve concret.
Environ 15.000 mètres carrés d’espace ouvert, au coeur de la ville.

Le rez-de-chaussée et deux étages sont dédiés pour la galerie commerçante aux marques internationales et à des appartements de haut standing, à quoi s’ajoute en sous-sol deux niveaux de parking, qui compléteront les rentrées financières des locations.

Face à vous, à 15 mètres, il y a un mur de béton qui cache le quai de débarquement pour semi-remorques et, juste derrière le quai, un vaste entrepôt pour approvisionner tout le complexe de magasins.

C’est ce lieu qui le pousse dehors.


Plus de détails concernant ce cauchemar?
http://verviers.skynetblogs.be/
http://www.vesdre-avenir.be/

[* Ce texte est une participation au projet « City Walks » (Marches urbaines) de Rupert Hartley - septembre 2006]



City Walks* [II]: The Tale — (texte français, cliquez ici)

to read the first part

At 15 metres starts the concrete plane.

220 metres long over the river; a low cost ground. That’s a concrete dream.
Around 15,000 square metres of open space, in the heart of the city.

The ground and two floors dedicated to commercial gallery with international brands and high cost penthouses, added to underground parking on two levels, which completes financial return of rents.

Facing you, at 15 metres, it is a concrete wall hiding the unloading wharf for trucks and, just behind the wharf, a high warehouse to provide all the complex of shops.

This is the place pushes him out.

More details about this nightmare (in French)?
http://verviers.skynetblogs.be/
http://www.vesdre-avenir.be/

[* This text is participation to “City Walks” project from Rupert Hartley - September 2006]

11:03 Écrit par BroC dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.