10/08/2003

22,5 km, le 17/02/02 • de Laneuville au Bois à Laneuville au Bois — (English text, click here)

lorsque je pense genou c'est en vérité la hanche et le fémur qui travaille
je ne parle plus en grandeur de pas mais en élévation de genou
stimulation instinctive des espaces inter-doigts
je traverse les ruisseaux
parti à 10h30
grand soleil froid et gel, lune montante
cinquante centilitres d'eau et une pomme
11h30 je traverse la nationale
maintenant ce sont des ponts
je prends avec le bout des doigts mais j'aborde le sol par le talon; question d'assise?
ruisseau dans une ornière, surplombé d'un auvent de glace éclaboussée. au milieu, un caillou auréolé de larges paillettes glacées
12h50 au gué, les pieds dans l'eau, regarder la rivière de face
pomme
l'attention aux genoux produit une poussée verticale alors que l'attention au pas produit un élan en avant
plus je verticalise ma poussée et plus la marche en découle librement, quel que soit le type de terrain
évidence et souplesse de la marche
forêts et ruisseaux
je suis eau à quatre-vingts pourcents tant par mon corps que par ma psyché
je suis arbre, debout et un dans la multitude
élever mon regard au loin, réveiller la vision périphérique
fatigue aidant, les genoux montent moins haut, les pas sont plus petits, le regard au loin, la vision périphérique ouverte, j'incorpore tout le paysage au fil de mes pas
rendu. 14h45

marche, walk, arbres, trees, debout, standing up, bouleau, birch, forêt, multitude, multitud


22.5 km, 17/02/02 • from “Newtown-in-Wood J” to “Newtown-in-Wood” — (texte français, cliquez ici)
When I’m thinking “knee” in fact hip and thighbone are working
I don’t talk any more about step length but about knee elevation
Instinctive stimulation of space between fingers
I’m crossing stream
started at 10:30 am
Full cold sun and frost, the moon is rising
50 cl water and one apple
11:30 am I’m crossing highroad
Now that’s bridges
I take with end of my fingers but I’m touch floor with my heels, is it about foundation?
gutter in a rut, overhung by a canopy of ice splashed. In the middle, a stone with halo of large iced dusts
12:50 am, at the ford, feet in water, to look stream at front
apple
the attention to knees creates a vertical push and the attention to steps creates a front impulse
more my impulse is upright more walk follows from freely, with all grounds anyway
obviousness and flexibility of walk
wood and streams
I’m 80 % water as much in my body as my psyche
I’m tree, upright and one in multitude
to raise my look far away, to revive peripheral vision
tiredness coming, knees are getting up less high, steps are smaller, the look is far, peripheral vision opened, I’m blending (embodying) all the landscape with my steps
arrived. 2:45 pm

22:38 Écrit par BroC | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/08/2003

CONSCIENCE ET MARCHE (English text, click here)


marche, walk,  conscience, consciousness, dessin, drawing, ville, city, campagne, country


“Certainement, tu n'es jamais seul à marcher”

La marche nous porte à la vitesse, ou lenteur, du corps. Elle nous ramène à l’échelle de notre corps, au rythme de la respiration, à celui des pas. Apaisante, elle nourrit et équilibre l’être plus qu’il n’est possible de le dire;
elle nous offre de vivre à la mesure de notre propre corps.

Que la marche soit urbaine ou campagnarde, qu’elle soit solitaire ou en groupe, errante ou vers un but précis (faire des achats, rendez-vous,…), elle rythme l’existence bien au-delà des seuls moments de marche.

La marche a aussi de profondes implications sociales, créant des liens plus facilement que tout autre moyen de transport parce qu'elle est la plus lente et sans séparation physique entre toi et l'environnement comme la voiture, l'avion, etc.

Lorsque tu marches, tu crées des liens entre ton point de départ et un autre point, mais aussi tu partages la même activité que les autres marcheurs de la planète où un tas de gens marchent au même moment, en permanence.
Pense à toutes les raisons de marcher ; pour le plaisir, pour rencontrer quelqu'un d'autre, pour travailler, essayer de trouver de l'eau, se vider d'une colère, explorer,…

La marche me ramène sans cesse à la liberté de circulation. Non pas seulement cette liberté des idées et des technologies, non pas celle de l’économie néolibérale, mais bien la liberté de marcher sur la Terre où bon me semble, celle des migrants, des gens du voyage, des demandeurs d’asile, celle là même qui est de plus en plus dangereusement bafouée par l’Europe de Shengen et la peur de l’Autre.

Juste prendre conscience des mouvements du corps, de l'environnement, d'autres marcheurs…
et en partager quelque chose avec d’autres personnes, connues et/ou inconnues.

Avant tout, pour le plaisir.

BroC

, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, ’, :-)

Consciousness and walk (version française, cliquez ici)
“Sure, you are never walking alone.”

Walk bears you at body speed or slow. It brings us about our body scale, about breathing and steps rhythms. Soothing, it nourishes and balances being more than it’s possible to explain;
walk offers to us to live at the exact measure of our own body.

Urban or country, alone or with group, erratic or with precise goal (some purchase, meeting,…), walk rhythm existence so more far than only walking moments.

The walk have deep social implications, creating links more easily than other transports, because it's the slowest and without physical separating borders between you and environment like car, plane, etc.

When you are walking, you create links from your starting point to another point, but also you share the same activity with other walkers on the Earth, where a lot of people are walking in the same time, continuously.
Think about all reasons to walk; for pleasure, for a meeting with somebody else, or to go to work, to find water, to get out angry, to explore, …

Walk talks to me about free circulation. Not only thoughts and technologies freedom, not only the neo liberal one, but the freedom to walk on Earth where I want, the migrants one, the travelling peoples one, the asylum askers one, this one more and more mocked dangerously since European Shengen’s agreements and fear of the Other.

Just be conscious of body movements, of environment, of other walkers…
And to share some trace with somebody else, knowing and/or not.

Over all enjoy yourself.

BroC

11:56 Écrit par BroC | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |